Partagez | 
 

 Topic avec beaucoup de pages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur
Cyborg
Masculin Age : 71
Date d'inscription : 17/07/2015
Messages : 38
Bon ou mauvais ? : 69
Zénies : 69
Résidence du personnage : 69
Points de jeux : 69

Techniques
Techniques illimitées: Zeub Zboub Zeuby
Techniques 3/combat: Zboubator Zboubacon
Techniques 1/combat: Zobification

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Mar 21 Juil - 11:34
forum
Voir le profil de l'utilisateur
Cyborg
Masculin Age : 71
Date d'inscription : 17/07/2015
Messages : 38
Bon ou mauvais ? : 69
Zénies : 69
Résidence du personnage : 69
Points de jeux : 69

Techniques
Techniques illimitées: Zeub Zboub Zeuby
Techniques 3/combat: Zboubator Zboubacon
Techniques 1/combat: Zobification

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Lun 27 Juil - 12:59
Paris jette par an vingt-cinq millions à l’eau. Et ceci sans métaphore. Comment, et de quelle façon ? jour et nuit. Dans quel but ? sans aucun but. Avec quelle pensée ? sans y penser. Pourquoi faire ? pour rien. Au moyen de quel organe ? au moyen de son intestin. Quel est son intestin ? c’est son égout.

Vingt-cinq millions, c’est le plus modéré des chiffres approximatifs que donnent les évaluations de la science spéciale.

La science, après avoir longtemps tâtonné, sait aujourd’hui que le plus fécondant et le plus efficace des engrais, c’est l’engrais humain. Les Chinois, disons-le à notre honte, le savaient avant nous. Pas un paysan chinois, c’est Eckeberg qui le dit, ne va à la ville sans rapporter, aux deux extrémités de son bambou, deux seaux pleins de ce que nous nommons immondices. Grâce à l’engrais humain, la terre en Chine est encore aussi jeune qu’au temps d’Abraham. Le froment chinois rend jusqu’à cent vingt fois la semence. Il n’est aucun guano comparable en fertilité au détritus d’une capitale. Une grande ville est le plus puissant des stercoraires. Employer la ville à fumer la plaine, ce serait une réussite certaine. Si notre or est fumier, en revanche, notre fumier est or.

Que fait-on de cet or fumier ? On le balaye à l’abîme.

On expédie à grands frais des convois de navires afin de récolter au pôle austral la fiente des pétrels et des pingouins, et l’incalculable élément d’opulence qu’on a sous la main, on l’envoie à la mer. Tout l’engrais humain et animal que le monde perd, rendu à la terre au lieu d’être jeté à l’eau, suffirait à nourrir le monde.

Ces tas d’ordures du coin des bornes, ces tombereaux de boue cahotés la nuit dans les rues, ces affreux tonneaux de la voirie, ces fétides écoulements de fange souterraine que le pavé vous cache, savez-vous ce que c’est ? C’est de la prairie en fleur, c’est de l’herbe verte, c’est du serpolet et du thym et de la sauge, c’est du gibier, c’est du bétail, c’est le mugissement satisfait des grands bœufs le soir, c’est du foin parfumé, c’est du blé doré, c’est du pain sur votre table, c’est du sang chaud dans vos veines, c’est de la santé, c’est de la joie, c’est de la vie. Ainsi le veut cette création mystérieuse qui est la transformation sur la terre et la transfiguration dans le ciel.

Rendez cela au grand creuset ; votre abondance en sortira. La nutrition des plaines fait la nourriture des hommes.

Vous êtes maîtres de perdre cette richesse, et de me trouver ridicule par-dessus le marché. Ce sera là le chef-d’œuvre de votre ignorance.

La statistique a calculé que la France à elle seule fait tous les ans à l’Atlantique par la bouche de ses rivières un versement d’un demi-milliard. Notez ceci : avec ces cinq cents millions on payerait le quart des dépenses du budget. L’habileté de l’homme est telle qu’il aime mieux se débarrasser de ces cinq cents millions dans le ruisseau. C’est la substance même du peuple qu’emportent, ici goutte à goutte, là à flots, le misérable vomissement de nos égouts dans les fleuves et le gigantesque vomissement de nos fleuves dans l’océan. Chaque hoquet de nos cloaques nous coûte mille francs. À cela deux résultats : la terre appauvrie et l’eau empestée. La faim sortant du sillon et la maladie sortant du fleuve.

Il est notoire, par exemple, qu’à cette heure, la Tamise empoisonne Londres.

Pour ce qui est de Paris, on a dû, dans ces derniers temps, transporter la plupart des embouchures d’égouts en aval au-dessous du dernier pont.

Un double appareil tubulaire, pourvu de soupapes et d’écluses de chasse, aspirant et refoulant, un système de drainage élémentaire, simple comme le poumon de l’homme, et qui est déjà en pleine fonction dans plusieurs communes d’Angleterre, suffirait pour amener dans nos villes l’eau pure des champs et pour renvoyer dans nos champs l’eau riche des villes, et ce facile va-et-vient, le plus simple du monde, retiendrait chez nous les cinq cents millions jetés dehors. On pense à autre chose.

Le procédé actuel fait le mal en voulant faire le bien. L’intention est bonne, le résultat est triste. On croit expurger la ville, on étiole la population. Un égout est un malentendu. Quand partout le drainage, avec sa fonction double, restituant ce qu’il prend, aura remplacé l’égout, simple lavage appauvrissant, alors, ceci étant combiné avec les données d’une économie sociale nouvelle, le produit de la terre sera décuplé, et le problème de la misère sera singulièrement atténué. Ajoutez la suppression des parasitismes, il sera résolu.

En attendant, la richesse publique s’en va à la rivière, et le coulage a lieu. Coulage est le mot. L’Europe se ruine de la sorte par épuisement.

Quant à la France, nous venons de dire son chiffre. Or, Paris contenant le vingt-cinquième de la population française totale, et le guano parisien étant le plus riche de tous, on reste au-dessous de la vérité en évaluant à vingt-cinq millions la part de perte de Paris dans le demi-milliard que la France refuse annuellement. Ces vingt-cinq millions, employés en assistance et en jouissance, doubleraient la splendeur de Paris. La ville les dépense en cloaques. De sorte qu’on peut dire que la grande prodigalité de Paris, sa fête merveilleuse, sa folie Beaujon, son orgie, son ruissellement d’or à pleines mains, son faste, son luxe, sa magnificence, c’est son égout.

C’est de cette façon que, dans la cécité d’une mauvaise économie politique, on noie et on laisse aller à vau-l’eau et se perdre dans les gouffres le bien-être de tous. Il devrait y avoir des filets de Saint-Cloud pour la fortune publique.

Économiquement, le fait peut se résumer ainsi : Paris panier percé.

Paris, cette cité modèle, ce patron des capitales bien faites dont chaque peuple tâche d’avoir une copie, cette métropole de l’idéal, cette patrie auguste de l’initiative, de l’impulsion et de l’essai, ce centre et ce lieu des esprits, cette ville nation, cette ruche de l’avenir, ce composé merveilleux de Babylone et de Corinthe, ferait, au point de vue que nous venons de signaler, hausser les épaules à un paysan du Fo-Kian.

Imitez Paris, vous vous ruinerez.

Au reste, particulièrement en ce gaspillage immémorial et insensé, Paris lui-même imite.

Ces surprenantes inepties ne sont pas nouvelles ; ce n’est point là de la sottise jeune. Les anciens agissaient comme les modernes. « Les cloaques de Rome, dit Liebig, ont absorbé tout le bien-être du paysan romain. » Quand la campagne de Rome fut ruinée par l’égout romain, Rome épuisa l’Italie, et quand elle eut mis l’Italie dans son cloaque, elle y versa la Sicile, puis la Sardaigne, puis l’Afrique. L’égout de Rome a engouffré le monde. Ce cloaque offrait son engloutissement à la cité et à l’univers. Urbi et orbi. Ville éternelle, égout insondable.

Pour ces choses-là comme pour d’autres, Rome donne l’exemple.

Cet exemple, Paris le suit, avec toute la bêtise propre aux villes d’esprit.

Pour les besoins de l’opération sur laquelle nous venons de nous expliquer, Paris a sous lui un autre Paris ; un Paris d’égouts ; lequel a ses rues, ses carrefours, ses places, ses impasses, ses artères, et sa circulation, qui est de la fange, avec la forme humaine de moins.

Car il ne faut rien flatter, pas même un grand peuple ; là où il y a tout, il y a l’ignominie à côté de la sublimité ; et, si Paris contient Athènes, la ville de lumière, Tyr, la ville de puissance, Sparte, la ville de vertu, Ninive, la ville de prodige, il contient aussi Lutèce, la ville de boue.

D’ailleurs le cachet de sa puissance est là aussi, et la titanique sentine de Paris réalise, parmi les monuments, cet idéal étrange réalisé dans l’humanité par quelques hommes tels que Machiavel, Bacon et Mirabeau, le grandiose abject.

Le sous-sol de Paris, si l’œil pouvait en pénétrer la surface, présenterait l’aspect d’un madrépore colossal. Une éponge n’a guère plus de pertuis et de couloirs que la motte de terre de six lieues de tour sur laquelle repose l’antique grande ville. Sans parler des catacombes, qui sont une cave à part, sans parler de l’inextricable treillis des conduits du gaz, sans compter le vaste système tubulaire de la distribution d’eau vive qui aboutit aux bornes-fontaines, les égouts à eux seuls font sous les deux rives un prodigieux réseau ténébreux ; labyrinthe qui a pour fil sa pente.

Là apparaît, dans la brume humide, le rat, qui semble le produit de l’accouchement de Paris.




Qu’on s’imagine Paris ôté comme un couvercle, le réseau souterrain des égouts, vu à vol d’oiseau, dessinera sur les deux rives une espèce de grosse branche greffée au fleuve. Sur la rive droite l’égout de ceinture sera le tronc de cette branche, les conduits secondaires seront les rameaux, et les impasses seront les ramuscules.

Cette figure n’est que sommaire et à demi exacte, l’angle droit, qui est l’angle habituel de ce genre de ramifications souterraines, étant très rare dans la végétation.

On se fera une image plus ressemblante de cet étrange plan géométral en supposant qu’on voie à plat sur un fond de ténèbres quelque bizarre alphabet d’orient brouillé comme un fouillis, et dont les lettres difformes seraient soudées les unes aux autres, dans un pêle-mêle apparent et comme au hasard, tantôt par leurs angles, tantôt par leurs extrémités.

Les sentines et les égouts jouaient un grand rôle au moyen âge, au Bas-Empire et dans ce vieil Orient. La peste y naissait, les despotes y mouraient. Les multitudes regardaient presque avec une crainte religieuse ces lits de pourriture, monstrueux berceaux de la mort. La fosse aux vermines de Bénarès n’est pas moins vertigineuse que la fosse aux lions de Babylone. Téglath-Phalasar, au dire des livres rabbiniques, jurait par la sentine de Ninive. C’est de l’égout de Munster que Jean de Leyde faisait sortir sa fausse lune, et c’est du puits-cloaque de Kekhscheb que son ménechme oriental, Mokannâ, le prophète voilé du Khorassan, faisait sortir son faux soleil.

L’histoire des hommes se reflète dans l’histoire des cloaques. Les gémonies racontaient Rome. L’égout de Paris a été une vieille chose formidable. Il a été sépulcre, il a été asile, Le crime, l’intelligence, la protestation sociale, la liberté de conscience, la pensée, le vol, tout ce que les lois humaines poursuivent ou ont poursuivi, s’est caché dans ce trou ; les maillotins au quatorzième siècle, les tire-laine au quinzième, les huguenots au seizième, les illuminés de Morin au dix-septième, les chauffeurs au dix-huitième. Il y a cent ans, le coup de poignard nocturne en sortait, le filou en danger y glissait ; le bois avait la caverne, Paris avait l’égout. La truanderie, cette picareria gauloise, acceptait l’égout comme succursale de la Cour des Miracles, et le soir, narquoise et féroce, rentrait sous le vomitoire Maubuée comme dans une alcôve.

Il était tout simple que ceux qui avaient pour lieu de travail quotidien le cul-de-sac Vide-Gousset ou la rue Coupe-Gorge eussent pour domicile nocturne le ponceau du Chemin-Vert ou le cagnard Hurepoix. De là un fourmillement de souvenirs. Toutes sortes de fantômes hantent ces longs corridors solitaires ; partout la putridité et le miasme ; çà et là un soupirail où Villon dedans cause avec Rabelais dehors.

L’égout, dans l’ancien Paris, est le rendez-vous de tous les épuisements et de tous les essais. L’économie politique y voit un détritus, la philosophie sociale y voit un résidu.

L’égout, c’est la conscience de la ville. Tout y converge et s’y confronte. Dans ce lieu livide, il y a des ténèbres, mais il n’y a plus de secrets. Chaque chose a sa forme vraie, ou du moins sa forme définitive. Le tas d’ordures a cela pour lui qu’il n’est pas menteur. La naïveté s’est réfugiée là. Le masque de Basile s’y trouve, mais on en voit le carton, et les ficelles, et le dedans comme le dehors, et il est accentué d’une boue honnête. Le faux nez de Scapin l’avoisine. Toutes les malpropretés de la civilisation, une fois hors de service, tombent dans cette fosse de vérité où aboutit l’immense glissement social. Elles s’y engloutissent, mais elles s’y étalent. Ce pêle-mêle est une confession. Là, plus de fausse apparence, aucun plâtrage possible, l’ordure ôte sa chemise, dénudation absolue, déroute des illusions et des mirages, plus rien que ce qui est, faisant la sinistre figure de ce qui finit. Réalité et disparition. Là, un cul de bouteille avoue l’ivrognerie, une anse de panier raconte la domesticité ; là, le trognon de pomme qui a eu des opinions littéraires redevient le trognon de pomme ; l’effigie du gros sou se vert-de-grise franchement, le crachat de Caïphe rencontre le vomissement de Falstaff, le louis d’or qui sort du tripot heurte le clou où pend le bout de corde du suicide, un fœtus livide roule enveloppé dans des paillettes qui ont dansé le mardi gras dernier à l’Opéra, une toque qui a jugé les hommes se vautre près d’une pourriture qui a été la jupe de Margoton ; c’est plus que de la fraternité, c’est du tutoiement. Tout ce qui se fardait se barbouille. Le dernier voile est arraché. Un égout est un cynique. Il dit tout.

Cette sincérité de l’immondice nous plaît, et repose l’âme. Quand on a passé son temps à subir sur la terre le spectacle des grands airs que prennent la raison d’état, le serment, la sagesse politique, la justice humaine, les probités professionnelles, les austérités de situation, les robes incorruptibles, cela soulage d’entrer dans un égout et de voir de la fange qui en convient.

Cela enseigne en même temps. Nous l’avons dit tout à l’heure, l’histoire passe par l’égout. Les Saint-Barthélemy y filtrent goutte à goutte entre les pavés. Les grands assassinats publics, les boucheries politiques et religieuses, traversent ce souterrain de la civilisation et y poussent leurs cadavres. Pour l’œil du songeur, tous les meurtriers historiques sont là, dans la pénombre hideuse, à genoux, avec un peu de leur suaire pour tablier, épongeant lugubrement leur besogne. Louis XI y est avec Tristan, François Ier y est avec Duprat, Charles IX y est avec sa mère, Richelieu y est avec Louis XIII, Louvois y est, Letellier y est, Hébert et Maillard y sont, grattant les pierres et tâchant de faire disparaître la trace de leurs actions. On entend sous ces voûtes le balai de ces spectres. On y respire la fétidité énorme des catastrophes sociales. On voit dans des coins des miroitements rougeâtres. Il coule là une eau terrible où se sont lavées des mains sanglantes.

L’observateur social doit entrer dans ces ombres. Elles font partie de son laboratoire. La philosophie est le microscope de la pensée. Tout veut la fuir, mais rien ne lui échappe. Tergiverser est inutile. Quel côté de soi montre-t-on en tergiversant ? le côté honte. La philosophie poursuit de son regard probe le mal, et ne lui permet pas de s’évader dans le néant. Dans l’effacement des choses qui disparaissent, dans le rapetissement des choses qui s’évanouissent, elle reconnaît tout. Elle reconstruit la pourpre d’après le haillon et la femme d’après le chiffon. Avec le cloaque elle refait la ville ; avec la boue elle refait les mœurs. Du tesson elle conclut l’amphore, ou la cruche. Elle reconnaît à une empreinte d’ongle sur un parchemin la différence qui sépare la juiverie de la Judengasse de la juiverie du Ghetto. Elle retrouve dans ce qui reste ce qui a été, le bien, le mal, le faux, le vrai, la tache de sang du palais, le pâté d’encre de la caverne, la goutte de suif du lupanar, les épreuves subies, les tentations bien venues, les orgies vomies, le pli qu’ont fait les caractères en s’abaissant, la trace de la prostitution dans les âmes que leur grossièreté en faisait capables, et sur la veste des portefaix de Rome la marque du coup de coude de Messaline.
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 11/07/2015
Messages : 151
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1620 (+150 pour alliance)
Résidence du personnage : Magma
Points de jeux : 42

Techniques
Techniques illimitées: Firehaméha - Hi no Seigyo - Metamorphose
Techniques 3/combat: Akumahi - Shukumei
Techniques 1/combat: Shounetsujigoku

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Lun 27 Juil - 13:13
Trop bien


qqdqdq
Voir le profil de l'utilisateur
Cyborg
Masculin Age : 71
Date d'inscription : 17/07/2015
Messages : 38
Bon ou mauvais ? : 69
Zénies : 69
Résidence du personnage : 69
Points de jeux : 69

Techniques
Techniques illimitées: Zeub Zboub Zeuby
Techniques 3/combat: Zboubator Zboubacon
Techniques 1/combat: Zobification

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Lun 27 Juil - 13:24
Je voulais vérifer que le cadre bleu continuait tout en bas Very Happy
Frystia content
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 11/07/2015
Messages : 151
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1620 (+150 pour alliance)
Résidence du personnage : Magma
Points de jeux : 42

Techniques
Techniques illimitées: Firehaméha - Hi no Seigyo - Metamorphose
Techniques 3/combat: Akumahi - Shukumei
Techniques 1/combat: Shounetsujigoku

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Lun 27 Juil - 13:32
: D

C'est zoliiiiie


qqdqdq
Voir le profil de l'utilisateur
Cyborg
Masculin Age : 71
Date d'inscription : 17/07/2015
Messages : 38
Bon ou mauvais ? : 69
Zénies : 69
Résidence du personnage : 69
Points de jeux : 69

Techniques
Techniques illimitées: Zeub Zboub Zeuby
Techniques 3/combat: Zboubator Zboubacon
Techniques 1/combat: Zobification

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Lun 27 Juil - 23:49
J'ai posté pour que tu vois le New, tu peut faire pareil à ton tour stp Very Happy
Voir le profil de l'utilisateur
demon
Masculin Date d'inscription : 28/07/2015
Messages : 1
Zénies : 1000

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Mar 28 Juil - 13:34
non
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 11/07/2015
Messages : 151
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1620 (+150 pour alliance)
Résidence du personnage : Magma
Points de jeux : 42

Techniques
Techniques illimitées: Firehaméha - Hi no Seigyo - Metamorphose
Techniques 3/combat: Akumahi - Shukumei
Techniques 1/combat: Shounetsujigoku

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Mer 29 Juil - 0:37
aeeaea


qqdqdq
Voir le profil de l'utilisateur
ange
Féminin Age : 64
Date d'inscription : 22/07/2015
Messages : 17

Techniques
Techniques illimitées: caca, pipi, prout
Techniques 3/combat: Gros Caca , fontaine de pipi
Techniques 1/combat: Pipi-Caca

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Mar 4 Aoû - 13:03
je participe au sujet !


Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 11/07/2015
Messages : 151
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1620 (+150 pour alliance)
Résidence du personnage : Magma
Points de jeux : 42

Techniques
Techniques illimitées: Firehaméha - Hi no Seigyo - Metamorphose
Techniques 3/combat: Akumahi - Shukumei
Techniques 1/combat: Shounetsujigoku

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Mar 4 Aoû - 13:03
f


qqdqdq
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 11/07/2015
Messages : 151
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1620 (+150 pour alliance)
Résidence du personnage : Magma
Points de jeux : 42

Techniques
Techniques illimitées: Firehaméha - Hi no Seigyo - Metamorphose
Techniques 3/combat: Akumahi - Shukumei
Techniques 1/combat: Shounetsujigoku

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Mar 4 Aoû - 13:03
sf


qqdqdq
Voir le profil de l'utilisateur
ange
Féminin Age : 64
Date d'inscription : 22/07/2015
Messages : 17

Techniques
Techniques illimitées: caca, pipi, prout
Techniques 3/combat: Gros Caca , fontaine de pipi
Techniques 1/combat: Pipi-Caca

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Mar 4 Aoû - 13:06
FSDKFHSDFUILDFHLISD


Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 11/07/2015
Messages : 151
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1620 (+150 pour alliance)
Résidence du personnage : Magma
Points de jeux : 42

Techniques
Techniques illimitées: Firehaméha - Hi no Seigyo - Metamorphose
Techniques 3/combat: Akumahi - Shukumei
Techniques 1/combat: Shounetsujigoku

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Mar 4 Aoû - 19:34
k


qqdqdq
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 11/07/2015
Messages : 151
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1620 (+150 pour alliance)
Résidence du personnage : Magma
Points de jeux : 42

Techniques
Techniques illimitées: Firehaméha - Hi no Seigyo - Metamorphose
Techniques 3/combat: Akumahi - Shukumei
Techniques 1/combat: Shounetsujigoku

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Mar 4 Aoû - 19:36
o


qqdqdq
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 11/07/2015
Messages : 151
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1620 (+150 pour alliance)
Résidence du personnage : Magma
Points de jeux : 42

Techniques
Techniques illimitées: Firehaméha - Hi no Seigyo - Metamorphose
Techniques 3/combat: Akumahi - Shukumei
Techniques 1/combat: Shounetsujigoku

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   Mar 4 Aoû - 19:36
k


qqdqdq
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Topic avec beaucoup de pages   
 
Topic avec beaucoup de pages
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» EPIX montre GPS Garmin le topic avec un ordinateur mac...
» Un livre avec les pages qui tournent
» pages internet sauteuses
» comment obtenir plus de vapeur avec l'e-vaporizer
» Cherche e-cig avec un MAX DE VAP + bonne autonomie + on/off facile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sanghoussam :: RPG :: Terre :: Chateau du roi-